Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sonia Chirú

Panama: à la recherche du paradis perdu

9 Avril 2012 , Rédigé par Sonia Chirú - mirando-hacia-panama.over-blog.com Publié dans #Tourisme

 

Video of Casa Cayuco in Bocas del Toro, Panama from Selva Rica

Le Panama est fait de contrastes, loin de la grande-ville, vous trouverez des coins comme ici, à Bocas del Toro où les amateurs de plongée peuvent s'adonner aux plaisirs de leur passion dans une nature encore assez préservée.

La province de Bocas del Toro est productrice de banane et c'est donc une région agricole. Elle se trouve à la frontière avec le Costa Rica au nord, et au sud avec la province de Chiriqui.

Sur ses 8745 km2, se conjuguent activités touristiques et agricoles. Une population d'environ 9000 habitants composée de  tous les mélanges que la colonisation a pu produire. Des communautés indigènes telles que les Gnäbe-Buglé et les Naso (Teribes) occupent une partie du territoire, principalement vers les zones montagneuses. Ils sont, avec les Bokota et les Bri-Bri, les habitants originaux de la région. Ces populations, protégées par les lois panameéennes et internationales ont pour volonté d'éviter d'être dépossédés des territoires dont ils ont la jouissance et où ils vivent dans le respect des traditions. L'archipel de Bocas del Toro est une destination touristique très prisée par ceux qui apprécient le calme et la mer mais si vous êtes curieux, la montagne et les activités de plein air vous attendent.

 

De San Blas à Kuna Yala puis Guna Yala. 

Sur la même côte,  plus à l'est, en direction de la Colombie, nous arrivons sur un autre territoire préservé. Le plus ancien territoire du pays administré par le peuple Guna ou Kuna (ancienne orthographe avant la réforme de l'alphabet guna qui ne connaît pas le son "k"). C'est Guna Yala, la terre des Gunas. Ce territoire est connu aussi sous son ancien nom de San Blas (Archipel de San Blas) puis comme Kuna Yala jusqu'à la dernière réforme en 2011.
En 1925, los Gunas se rebelèrent contre le gouvernement central de Panama qui favorisait les incursions de nouveaux colons et chercheurs d'or sur le territoire guna. Depuis, ils se sont constitué en une sorte de gouvernement autonome géré par le Congrès Guna.
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5b/Isla_Perro_en_la_Comarca_Guna_Yala.JPGLe résultat, malgré les difficultés, est que nous pouvons encore y rencontrer un paysage et une culture préservés de l'invasion par les grands opérateurs touristiques et un lieu où les règles sont établies par les propres indigènes et non par les grandes transnationales du tourisme.
Les Gunas vous dépayseront, vous offriront ce qu'ils ont: la beauté à l'état naturel. Les femmes vous offriront leurs "molas", des carrés d'étoffe http://www.panart.com/mola1/ma145.jpgcousus main avec des superpositions de tissus qui forment une figure multicolore qui sont la base de leur costume traditionnel. La créativité artistique de ce que l'antropologue Michel Perrin a appelé des "tableaux kunas" (lisez le compte rendu de son magnifique ouvrage ici) est extraordinaire. Vous pouvez, aussi, tenter de vous procurer, au CNRS, le fim réalisé par le même Michel Perrin,

 

Molakana, coudre le monde. Même si vous n'allez pas à Panama, vous aurez appris de nouvelles choses, vous aurez rêvé, vous aurez approché l'humain...
J'ai eu la chance d'être accueillie en famille dans une hutte familiale de Playon Chico. Ils ont été les premier à nous expliquer le "matriarcat" des Gunas. Confort minimum, nous dormions dans des hamacs et la maîtresse de maison nous préparait le repas chaque jour. Très simplement, du poisson et des produits de la mer dont on n'avait pas rêvé dans un lieu si humble. Les langoustines aux "patacones" (banane plaintain frite), un véritable régal. C'était un coup de chance que le pêcheur ait croisé la route de la pirogue de notre hôte et que celui-ci lui crie en sa langue de les emmener à sa femme au lieu d'aller les vendre à l'hôtel tout proche! On y pense encore.
Et pour en savoir plus sur le Panama et en particulier sur les peuples du Panama, rendez visite à mon ami Michel Lecumberry et son blog: Saga Panama, un français sur le terrain peut vous en dire des nouvelles! J'espère qu'à nous deux on provoquera des envies et des rêves... Vous y rencontrerez aussi les Emberas, aux abords du fameux Canal de Panama dans le Parc National Chagres, une des réserves naturelles du pays.
 
Ces destinations sont accessibles à pied, à cheval, en voiture, en bateau à voile ou non... et aussi en avion.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

click this link 28/08/2014 12:19

Pacific has so many beautiful islands, of which individuals and resorts now own most. I had a dream of buying a small island as some private summer spot, but the prices are always high.