Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sonia Chirú

Le scandale... du Canal de Panamá

5 Novembre 2010 , Rédigé par Sonia - mirando-hacia-panama.over-blog.com Publié dans #Art et culture

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/22/Panama_024.JPGNon, madame! Non, Monsieur! Ca n'est pas possible. Comment? Que votre grand-mère vous a laissé sur la paille? Elle avait mis toutes ses économies sur le Canal de Panama? Désolée. Nous ne pouvons rien pour vous. Vous avez encore les papiers? Désolée, Monsieur, mais la Compagnie Universelle du Canal interocéanique a sombré dans les marécages panaméens en emportant toutes vos économies. Nous sommes les premiers à le déplorer.

Le gouvernement? Quel gouvernement? Souvenez-vous, ce fut l'un des plus grands scandales de la 3ème République française. Mais, si, mais si! Regardez un peu l'Histoire.

D'accord, d'accord! je vous raconte un peu. Voilà. Vous souvenez-vous du "Grand Français"? C'était Ferdinand de Lesseps (1805-1894), diplomate, académicien et entrepreneur. Il avait fait construire entre 1859 et 1869, le Canal de Suez en Egypte. Dix ans!

C'était un triomphe pour cet entrepreneur de grand prestige et aussi pour la France.

C'était la deuxième moitié du XIXème siècle et les infrastructures se développaient tant en France qu'ailleurs. C'était le siècle de l'ngéniérie et des grands travaux, des chemins de fer, des expositions universelles, de la Tour Eiffel...

C'était aussi le siècle des Sociétés Savantes, Sociétés de géographie et des grands explorateurs, des grands voyages http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/cf/Chagres.jpgqui cartographiaient le monde. Tout cela, on peut l'imaginer, contribuait à une certaine effervescence qui nourrissait l'imaginaire et permettait d'envisager et de réaliser, les progrès de la technologie aidant, de grands rêves et vaincre la nature. C'était aussi le siècle de la banque, des financiers et de l'appel aux capitaux des épargnants... comme vous ou votre grand-mère. Les actions se vendaient comme des petits pains et on espérait de juteux dividendes.

Après le succès de Suez, Il fallait revenir sur la vieille idée, remontant aux premières explorations des Conquistadors espagnols, au XVIème siècle, du percement d'un canal à travers l'Isthme de Panamá. Ce serait un nouveau triomphe pour l'ingéniérie française. Un Isthme si étroit, moins de 80 kilomètres dans sa partie la plus étroite, avec un fleuve en grande partie navigable, ne devait pas poser d'énormes difficultés aux ingénieurs français.

L'Isthme de Panama était le lieu de passage quasi obligé depuis la découverte de l'Amérique par les Européens pour aller de l'Atlantique au Pacifique, de l'Espagne au Pérou. Il était moins long et moins dangereux de traverser l'Isthme avec l'or du Pérou et l'argent du Potosí que de faire le grand tour par le Cap Horn. Une partie de la traversée se faisait par le fleuve dans sa partie navigable, puis à pied par le "Camino de Cruces" ou le "Camino Real" selon le lieu de débarquement des "passagers". Et vice-versa.

Encore au XIXème siècle, les colons américains et européens qui espéraient s'enrichir comme chercheurs d'or en Californie ou en Alaska, préféraient les marécages de la traversée panaméenne aux affres de la traversée du territoire des Etats Unis d'Est en Ouest ou du grand tour par le Cap Horn. C'est par l'afflux de cette nouvelle clientèle d'aventuriers, de chercheurs d'or, que la "Panama Railroad Company", une compagnie américaine, construisit, entre 1850 et 1855, le premier chemin de fer transcontinental du monde. C'est une ligne de 77 kms de long et un véritable exploit pour l'époque.

Et alors, Lesseps?

528px-Engineers Panama Canal 1880Très vite, après Suez, Lesseps se lance dans le projet de la réalisation du Canal de Panama.Les travaux commencent au début de l'année 1882. Durant la saison sèche panaméenne.

Souvenez-vous que Ferdinand de Lesseps n'est pas un ingénieur. C'est un homme d'affaires très bien établi sur la place avec d'excellentes relations au niveau national et international. Son prestige lui ouvre toutes les portes.

Les travaux commencent et les ingénieurs se rendent assez rapidement compte que la situation n'est pas la même qu'à Suez, le relief, la topographie, le climat changent complètement la donne. L'arrivée de la saison des pluies rend les travaux. difficiles Les ingénieurs se rendent compte qu'il faudrait réconsidérer le projet, d'un canal à niveau pour envisager des écluses. Le caractère montagneux des lieux l'exigeait.

Mais de Lesseps s'entête. On peut imaginer qu'un changement de projet l'aurait obligé à reconsidérer le budget. Et les travaux piétinent dans la boue et s'enlisent. Un nouvel ennemi apparaît: les maladies. Les travailleurs, les ingénieurs tombent comme des mouches. C'est la malaria. C'est la fièvre jaune.On ne comprend pas...

Et Lesseps s'entête encore. Il obtient de nouveaux crédits. Par ses influencent, l'assemblée fait voter des rallonges et on demande encore des efforts aux investisseurs particuliers: votre grand-mère.

Ainsi, entre 1882 et 1889, la Compagnie lutte et englouttit des millions de francs jusqu'à sa mise en liquidation 120px-1888 canal panamajudiciaire en février 1889 qui déclenche l'un des majeurs scandales politico-financiers du siècle.

L'opération s'est soldée avec la ruine de milliers d'épargnants et par la mort sur les chantier - accidents et maladies -  de milliers de travavailleurs, dont un bon nombre venu des Antilles. Le "cimetière français" à Paraiso accueille une partie de ces destins.

En France, les responsables de la faillite financière et de manoeuvres de corruption ont été jugés et condamnés à des peines de prison et des amendes.

L'un des ingénieurs, Philippe Bunau-Varilla, tenta par la suite de reprendre la compagnie en créant une nouvelle Société en 1894 mais, faute de soutien, il a dû cesser ses activités. En 1903, pour tenter de sauver ce qui pouvait l'être, il vend les avoirs de ce qui restait de la compagnie - le matériel et les droits - et signe le traité Hay-Bunau-Varilla qui, du point de vue des Panaméens, a vendu le pays aux Américains et nous a valu un siècle de luttes... mais c'est une autre histoire et c'est un peu plus compliqué que cela...

Voilà pourquoi, Madame, Monsieur, il est hors de question que les panaméens reconnaissent quelque dette que ce soit envers vous ou envers les milliers d'épargnants français qui y ont laissé leur fortune. Beaucoup y ont laissé la vie aussi.

 

Crédits photos:
2.L'embouchure du fleuve Chagres (Côte Atlantique) domaine public à travers Wikimedia Commons
3. Gravure des ingénieurs français - Ville de Panama domaine public à travers Wikimedia commons
4. Travaux en 1888 - domaine public à travers Wikimedia commons
5. Un film à voir si vous en avez l'occasion:

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article