Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sonia Chirú

Ceci est le communiqué que nous avons rédigé depuis San José (Costa Rica)

1 Mars 2011 , Rédigé par Sonia - mirando-hacia-panama.over-blog.com Publié dans #Droits de l'Homme - Derechos humanos

Cet article fait suite à des événements que je n'ai pas racontés dans ce blog.  Trop  douloureux car depuis mon dernier compte-rendu sur le massacre d'enfants (15 - 17 ans) dans une prison pour mineurs je n'ai pu que regarder, observer, tenter de réagir dans certains forums mais tout est allé très vite. Ma lecture et traduction de Stéphane Hessel et son "Indignez-vous" m' permis de garder le cap.

Paco Gómez Nadal, journaliste, défenseur des droits de l'homme, membre de Human Rights Everywhere (HREV) a été ,ilégalement, détenu, humilié, expulsé du Panamá entre le 26  et le 28 février. Aucune légalité, aucun délit ne peut lui être reproché sauf celui de dénoncer par les moyens qui lui sont propres et qu'il manie avec talent, sa plume. Paco Gómez Nadal collabore avec divers journaux à Panamá et en Amérique Latine et couvrait les manifestations indigènes contre des mesures gouvernementales qui les lèsent dans leur droit et leur dignité. Traduire son communiqué est ma participation à une lutte pour le respect des droits du citoyens au Panamá que, désormais, même les "absents" ne peuvent plus éviter. Dans ce blog, d'autres attentats contre les droits ont été présentés. Aujourd'hui, un de plus, symptomatique de l'état de notre "démocratie". Je ne peux plus croire à des "accidents" individuels.

 

Versión original de

Paco Gómez Nadal, martes 1 de marzo de 2011, camino a Madrid (España)

Ma version française

Par Paco Gómez Nadal, mardi 1 mars 2011, sur le chemin de Madrid (Espagne)

Desde San José de Costa Rica, camino a Madrid (España)

 

He sido expulsado de Panamá en el día de hoy por el Gobierno de Ricardo Martinelli. La fórmula legal se denomina retorno voluntario pero ni es voluntario ni es retorno. Explico las circunstancias:

 

1. El sábado 26 de febrero fui detenido ilegalmente cuando, claramente identificado como miembro de la organización de Derechos Humanos Human Rights Everywhere (HREV), documentaba el desalojo de los indigenas ngäbe que cortaban la Plaza 5 de mayo. La detención se produjo con violencia y sin ningún tipo de contemplación. En el operativo también fue detenida de forma arbitraria e ilegal mi compañera, Pilar Chato, que estaba en el andén de la esquina entre 5 de mayo y Calle L esperando el final de los acontecimientos.

2. En las siguientes 20 horas fuimos recluidos en tres instituciones diferentes y en ningún momento se nos indicó de qué se nos acusaba, no se nos permitió comunicación con nuestros abogados ni recibir asistencia consular de la EMbajada de España, país del que somos ciudadanos. Los propios funcionarios de la DIJ de Ancón nos manifestaron que no había expediente ni documentación que justificara nuestra detención en esas instalaciones (donde tuvimos que dormir en el suelo sobre periódicos)

3. Que en la tarde del día 27 de febrero, 23 horas de spués de la detención, fuimos víctimas de un juicio express en la corregiduría de Balboa con acusaciones falsas de la Policia Nacional (como que no estaba identificado al momento de la detendicón o que se nos leyeron nuestros derechos o que fuimos informados de las razones del acto) y en base a un video sin audio que, a todas luces, no es probatorio de ningún acto delictivo o contrario a las leyes panameñas.

4. Que Aproximadamente a las 4:30 p.m. fuimos trasladados a las oficinas del Servicio Nacional de Migración donde ni siquiera sabían por qué recibirnos hasta, tal y como nos indicaron, "recibir una llamada de Presidencia". Una vez que nos recibieron en calidad de "retenidos", los funcionarios del SNM aseguraron al consul de España, a nuestra abogada y a representantes de la Defensoría dl Pueblo que ningún trámite sería realizado hasta la mañana del día 28 de febrero y que por esa razón debiamos permanecer en las celdas de Migración, a pesar del compromiso de los funcionarios nacionales e internacionales de servir como garantes de nuestra comparecencia al día siguiente.

5. Que después de irse el equipo de acompañamiento, la directora del SNM junto a sus abogados dictaron un decreto ilegal y arbitrario en que sin pruebas nos condenan a detención por haber alterado el orden público e "instigar" protestas". Fuimos despertados pasada la media noche, intimidados e irrespetados y obligados a firmar un documento en que se afirmaba que el SNM había escuchado nuestra defensa y respetado nuestros Derechos Humanos, cuando esto no se había producido.

6. Que ante las arbitrariedades cometidas, la agresividad de los comunicados públicos del Gobierno desde el mismo sábado 27 y los antecedentes del intento de expulsión del 4 de julio de 2010 y ante la TOTAL FALTA DE GARANTÍAS jurídicas para un proceso justo o para nuestra seguridad física ni jurídica, decidimos aceptar la deportación voluntaria.

7. Manfestamos la absoluta falta de garantías para el trabajo como Defensores de Derechos Humanos en Panamá y alertamos a NAciones Unidas y a la Comisión INteramerciana de DDHH sobre el grave riesgo al que están sometidos otros defensores en Panamá y cualquier líder social.

8. Agotaremos todos los recursos legales disponibles en Panamá y en el sistema Interamericano de JUsticia para revertir esta situación y exigiremos la compensación por los daños morales, económicos y personales a los que hemos sido sometidos al abandonar nuestro hogar, nuestros amigos, nuestra misión como defensores de Derechos Humanos y nuestro desarrollo profesional.

9. HREV y mi persona sólo hemos tratado de promocionar y defender los derechos humanos de los colectivos más desfavorecidos de Panamá, tal y como es nuestro mandato. Nuestros informes sobre violación de derechos humanos en Changuinola o en el Centro de Cumplimiento de Tocumen o nuestro seguimiento a todo el proceso de defensa territorial de los pueblos Naso, Ngäbe y Buglé han molestado a las autoridades que han desconodio las recomendaciones de las organizaciones internacionales respecto a los Derechos HUmanos de estas poblaciones. A esta situacion se suma mi labor como periodista y columnista en el diario La Prensa con trabajos críticos que incomodan al Gobierno tal y como lo han manifestado en diversas ocasiones.

10. El trato de los funcionarios de rango bajo de la DIJ y de Migración fue en todo momento correcto y ellos mismos nos mostraron su perplejidad ante este proceso.

11. Los pueblos originarios de Panamá no necesitan de instigadores. Son autónomos y dignos y cuando protestan suelen ser provocados por medidas del Gobierno que, además del abandono secular, aprueba medidas que afectan contra la autonomía territorial, cultural y política de los pueblos originarios.

12. Reconocemos y agradecemos profundamente la valentía, el ánimo y la solidaridad que numerosas organizaciones, ciudadanos y, en especial, los representantes de los pueblos originarios de Panamá nos han mostrado en las últimas horas.

 

No nos echa Panamá. Nos echa su gobierno.

La lucha por los Derechos Humanos es irrenunciable y los delitos de lesa humanidad imprescriptibles.

 

 

Paco Gómez Nadal

Pilar Chato Carral



Depuis San José du Costa Rica, sur le chemin de Madrid (Espagne)

J'ai été expulsé du Panama aujourd'hui par le Gouvernement de Ricardo Martinelli. La formule légale se nomme retour volontaire mais ce n'est ni volontaire ni un retour. J'explique les circonstances:

1. Samedi 26 février j'ai été arrêté illégalement lorsque, clairement identifié comme membre de l'organisation des Droits de l'Homme Human Rights Everywhere (HREV), je documentais l’expulsion des indigènes ngäbe que coupaient la rue sur la Plaza 5 de mayo. L'arrestation s'est produite avec violence et sans aucun ménagement. Lors de cette action, ma compagne, Pilar Chato, qui se trouvait sur le trottoir au coin de la rue entre la 5 de mayo et la rue L, attendant la fin des événements, a été, elle aussi, arrêtée de façon illégale et arbitraire.
2. Durant les 20 heures suivantes nous avons été retenus dans trois institutions différentes et à aucun moment nous n'avons été notifiés des charges retenues contre nous, il ne nous a été permis ni de communiquer avec nos avocats ni de de recevoir une assistance consulaire de l'Ambassade d'Espagne, pays dont nous sommes des citoyens. Même les fonctionnaires de la DIJ (Police judiciaire) de Ancon nous déclaré qu'il n'y avait aucun dossier ni documentation qui justifie notre détention dans ces installations (où nous avons dû dormir par terre sur des journaux).
3. Que dans l'après-midi du 27 février, 23 heures après notre arrestation, nous avons été victimes d'un jugement express au tribunal de police de Balboa avec de fausses accusations de la part de la Police Nationale (telles que nous n'étions pas identifiés au moment de notre arrestation, ou qu'on nous avait lu nos droits ou encore que nous avions été informés des motifs de cette action) et, sur la bas d'une vidéo sans audio qui n'est en aucun cas une preuve d'un quelconque acte délictueux ou contraire aux lois panaméennes.
4. Que vers 16h30 nous avons été transférés dans les bureaux du Service National de Migration où ils ne savaient pas le motif de cette visite jusqu'à ce que, ainsi qu'ils nous l'ont indiqué, la réception d'un appel de la Présidence de la République". Après avoir été reçus en tant que "retenus", les fonctionnaires du SNM ont assuré au Consul d'Espagne, à notre avocate et à des représentants de la "Défense du citoyen" que aucune démarche ne serait faite jusqu'au 28 février et que pour cette raison nous devions rester dans les cellules de Migration, malgré l'engagement de fonctionnaires nationaux et internationaux de se porter caution pour notre comparution le lendemain.
6. Que face aux actes arbitraires commis, à l'agressivité des communiqués publiques du Gouvernement depuis samedi 27 et le précédent de tentative d'expulsion du 4 juillet 2010 et face au MANQUE DE GARANTIES JURIDIQUES TOTAL pour un procès juste u pour notre sécurité physique et juridique, nous avons décidé d'accepter la déportation volontaire.
7. Nous manifestons un manque de garanties total pour le travail comme Défenseurs de Droits de l'Homme à Panama et nous alertons les Nations Unies et la Commission Interaméricaine des Droits de l'Homme du risque grave auquel sont confrontés d'autres défenseurs à Panama et n'importe quel dirigent social.
8. Nous épuiserons tous les recours légaux disponibles au Panama et dans le système interaméricain de justice pour modifier cette situation et nous exigerons la compensation  des dommages moraux, économiques et personnels auxquels nous avons été soumis en abandonnant notre foyer, nos amis, notre mission comme défenseurs des Droits de l'Homme et notre développement professionnel.
9. HREV et moi-même n'avons fait que tenter de promouvoir et de défendre les droits de l'homme des populations les plus vulnérables de Panama, tel que nous le commande notre mission.
Nos comptes-rendus des violations aux droits de l'homme à Changuinola ou dans le Centre de peines pour mineurs de Tocumen o encore le suivi que nous faisions de tout le processus de défense du territoire des peuples Naso, Ngäbe et Buglé ont dérangé les autorités qui ont méconnu les recommandations des organisations internationales des Droits de l'Homme de ces populations. A cette situations s'ajoute mon travail comme journaliste et chroniqueur dans le journal La Prensa, avec des travaux critiques qui dérangent le Gouvernement ce qui a été mis  en évidence plusieurs fois.
10. Le traitement qui nous a été réservé par les fonctionnaire de la police judiciaire non gradés et de Migration a été à tout moment correct et ils se sont montrés eux mêmes perplexes par cette procédure.
11. Les peuples autochtones de Panama n'ont pas besoin d'instigateurs. Ils sont autonomes et dignes et lorsqu'ils protestent c'est, habituellement, parce qu'ils ont été provoqués par des mesures du Gouvernement qui, outre l'abandon séculaire, approuve des mesures qui vont contre l'autonomie territoriale, culturelle et politique des peuples autochtones.
12. Nous reconnaissons et remercions profondément le courage, le moral et la solidarité que de nombreuses organisations, citoyens et, en particulier, les représentants des peuples autochtones de Panama nous ont montré durant ces dernières heures.
Ce n'est pas le Panama qui nous chasse. C'est son gouvernement.
La lutte pour les Droits de l'Homme est inaliénable et les crimes contre l'humanité sont imprescriptibles.

Paco Gómez Nadal
Pilar Chato Carral

 

Entrevista de Reporteros sin fronteras desde Madrid

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article